International

Le cours du pétrole au plus bas de l’année

Le baril de brent est tombé en fin de semaine dernière à 49,1 dollars. Le 29 novembre, il avait touché un point bas de 46,3 dollars.

C’est presque comme si l’accord de novembre des principaux producteurs de pétrole, qui avaient alors décidé de plafonner leur production afin de soutenir les prix, n’avait eu aucun effet. Le baril de brent, cours de référence coté à Londres, est tombé en fin de semaine dernière à 49,1 dollars. La veille de la réunion, le 29 novembre, il avait touché un point bas de 46,3 dollars, avant de s’envoler au-delà de 54 dollars.

Depuis le 11 avril, les prix n’ont cessé de reculer. Les experts mettent en avant les inquiétudes générales sur la capacité des États à réduire une offre mondiale toujours élevée, malgré la mise en œuvre depuis janvier de quotas par les membres de l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) et la Russie. «Le marché reste incontestablement à un bas niveau», a ainsi résumé Andy Lipow, de Lipow Oil Associates. La chute s’est encore amplifiée la semaine dernière, les prix ont été notamment affectés par une reprise de la production libyenne.

Si l’offre reste abondante, c’est surtout la conséquence du retour en force sur le marché du pétrole de schiste américain. C’est un peu le même scénario qui se répète depuis quelques années. Lorsque les prix du pétrole remontent, au-dessus d’une fourchette de 45-50 dollars, l’extraction d’huile de schiste américain redevient rentable. Les États-Unis jouent un rôle clé sur l’échiquier d’autant que le pétrole de schiste est un secteur très flexible qui repose sur des petites unités de production. Contrairement aux grands projets du Golfe, il est très facile de rouvrir les vannes américaines.

La balle est tout de même dans le camp de l’Opep, dont la prochaine réunion, le 25 mai, s’annonce cruciale. Les pays devront décider s’ils prolongent l’instauration de quotas, qui courent actuellement jusqu’à mi-2017. La récente dégringolade des prix pourrait les y encourager. «La chute des cours est maintenant devenue excessive, donc on peut s’attendre à une stabilisation et un mouvement contraire», précise une note de Commerzbank.

mm
Ecouter, comprendre, partager, restituer des moments de vie, voilà ce qui me motive chaque jour dans ce fabuleux métier de journaliste.

Articles similaires

Yahoo victime d’une cyber-attaque en 2013 : plus d... L’attaque de 2013 contre Yahoo ! semble avoir touché beaucoup plus de comptes que prévu. En effet, il avait été annoncé que plus d’un milliard de comp...
Brexit : la libre circulation prendra fin en mars ... Il n’y aura pas de transition quand le Brexit prendra effet. Durant ce week-end, le gouvernement britannique, après de longue de réflexion, a enfin p...
Un G20 qui risque d’être tendu Le G20 aura lieu en fin de semaine, en Allemagne et plus précisément dans la ville de Hambourg. Et cela risque de se passer sous haute tension. En eff...
Incendie de Londres : de nombreuses personnes enco... Dans la nuit de mardi à mercredi, une tour d’habitation de logements sociaux, s’est retrouvée en flamme, causant la mort de nombreuses personnes et fa...
Le pape et Trump : une rencontre insolite ? Le président des États unis d’Amérique a été accueilli ce matin par le Pape François au Vatican. Comment cette rencontre se déroulera-t-elle entre deu...
Visite sensible de Donald Trump en Israël Donald Trump doit se rendre aujourd'hui au mur des Lamentations et au Saint-Sépulcre. Le président Américain Donald Trump continue son parcours dip...

Les dernières news

To Top