Le Monde de l'Eco

L'actualité économique en France et dans le monde

Allemagne : Un nouveau scandale pour les grandes marques d’automobiles

L’Allemagne tente d’arrêter l’incendie qui se propage sur l’affaire des constructeurs automobiles. Il y a deux ans le scandale de la marque Volkswagen a donné place à une série d’enquête au tour des autres marques de voitures Allemandes. Depuis les années 90, les marques limiteraient la technologie de dépollution sur leurs voitures visant ainsi une économie financière par véhicule fabriqué. La Commission Européenne s’est intéressée de près à cette affaire et a découvert un autre facteur qui pourrait bien constituer le plus gros scandale industriel de l’histoire.

Une entente entre les concurrents

Le journal Allemand, Der Spiegel, a communiqué deux ans après le scandale Volkswagen sur les moteurs diesels, qu’il y aurait en plus de ça, une entente de longue date entre les constructeurs eux-mêmes.

Une économie de 80€ par véhicule grâce au réservoir Ad-Blue

Depuis 1990, cette entente entre les constructeurs aurait influencé de nombreux choix technologiques concernant le contrôle des émissions (avec le réservoir Ad-Blue) ou encore sur la vitesse maximale pour ouvrir la capote sur les modèles cabriolets et d’autres choses encore.

Selon le journal Allemand, c’est plus de 1000 réunions qui auraient été organisées en secret entre les ingénieurs des marques, Audi, BMW, Porshe, Mercedes et Volkswagen. Des groupes de travail ont été formés dans le but de chercher à réduire les coûts sur les véhicules notamment sur le réservoir d’Ad Blue (contrôle d’émission). Les constructeurs pouvaient ainsi économiser environ 80€ par voiture fabriquée.

La Commission Européenne se saisit de l’affaire

La Commission Européenne a décidé de se pencher sérieusement sur le dossier prenant cette affaire très au sérieux, la ministre de l’économie a déclaré qu’« Il en va ni plus ni moins de la crédibilité et de la confiance de l’ensemble de l’industrie automobile allemande ».

En sachant que la combine durait depuis plus de vingt ans, les autorités européennes ne feront pas de cadeaux sur la sanction infligée aux marques Allemandes.