Le Monde de l'Eco

L'actualité économique en France et dans le monde

Fin des avantages pour les députés ?

Pour pouvoir réaliser des économies, le président de l’Assemblée nationale souhaite mettre fin aux privilèges des députés.

Entre les allocations-chômages, le transport de la SNCF gratuit et les retraites, autant de privilèges que souhaite restreindre François de Rugy, le président de l’Assemblée nationale.

De grands changements sont prévus pour l’Assemblée nationale qui poursuit encore sa volonté de changement. Hier, les parlementaires ont déjà mis le pied à l’étrier en adoptant une loi concernant la moralisation de la vie publique. Cette dernière a été conçue pour mettre fin à des pratiques très controversées comme des emplois familiaux au sein du gouvernement, des inégalités en cas de fraude ou même de crime, et bien d’autres encore. Pour aller encore plus loin, le Président François de Rugy, à la volonté de mettre fin aux multiples avantages que possèdent les très nombreux députés qui sièges au parlement.

Dans la journée de mercredi, l’ancien écologiste à fait part de ses nombreuses idées de réforme devant l’assemblée, accompagnés de 7 groupes de travail, formés par des députés ayant différents postes dans le but d’obtenir des réformes concrètes le tout, avant que l’année ne se termine. Au final, toutes les réformes seront alors de vigueurs avant 2022.

Dans un premier temps, les retraites :

Il s’agit du premier point sensible, puisqu’en effet, les retraites de nos députés seraient alors alignées sur un régime commun. Lorsqu’un travailleur lambda cotise une année entière l’équivalent pour un député est d’1,5 (pour deux premier mandats). Conséquence, un parlementaire peut se voir obtenir une retraite à taux plein en seulement 31 ans.

Ensuite, le chômage de nos députés :

Un demandeur d’emploi lambda n’est indemnisé que pendant deux ans, alors qu’un ancien député peut l’être pendant 3 ans. De plus, les indemnités des députés sont dégressives, c’est-à-dire qu’elles peuvent atteindre 5600 euros lors de premier versement pour atteindre 1200 euros à la fin de chômages.
Enfin, quand l’on compare la cotisation d’un employé lambda et celle d’un député, le travailleur lambda doit cotiser plus de 143 euros pour pouvoir bénéficier d’une indemnité alors que les députés, cotisent seulement 28 euros par mois.

Enfin, les avantages de la SNCF :

Les élus avec plus de 3 ans d’ancienneté peuvent utiliser la SNCF gratuitement. C’est une mesure qui tient plus particulièrement au Président de l’Assemblée. Enfin, il a déclaré qu’avec toutes ces réformes : « Reconduire cela coûterait 800 000 euros par an à l’Assemblée (…) on parlera enfin des députés non pour des soupçons mais pour le travail qu’ils font ».