Le Monde de l'Eco

L'actualité économique en France et dans le monde

Impôts sur le revenu : 40% des recettes proviennent des foyers les plus aisés

L’année dernière, une hausse des foyers avec des déclarations dépassants les 100.000 euros a été constatées.

Ce n’est plus un secret, moins d’un ménage sur deux sont concernés par l’impôt sur le revenu. On sait également que 10 % des ménages les plus riches paient plus de 70% des recettes de cet impôt.

Cela est toujours d’actualité, d’après les chiffres de la répartition des recettes en fonction des revenus, qu’a récemment publiés l’administration fiscale. Ces données montrent bien, qu’encore une fois, se sont les personnes les plus fortunées qui sont principalement concernées par cet impôt.

Les ménages ayant déclaré plus de 100.000 euros de revenus ne représentent que seulement 2% des foyers français, ils ont réglé, à eux seuls, plus de 40% de cet impôt en 2016.

Toujours d’après les données transmises par l’administration fiscale, on peut également constater une hausse par rapport à l’année 2015.

Augmentation des foyers à haut revenu

D’après l’administration fiscale, le nombre de ménages à haut revenu est en hausse. Ainsi, plus on monte de niveau concernant les revenus, plus il y a de foyer aisés. Donc, 22% des recettes, sont rapportées par les foyers ayant plus de 200.000 euros de revenu sur une année et ils ne sont que 151.000.
Concernant les plus riches, avec des revenus dépassant le million d’euros, on retrouve seulement 6 400 foyers, et ils ne représentent qu’un faible pourcentage, mais qui rapportent à eux seuls, plus de 3 milliards d’euros.

Cela s’explique par le fait de la progression du barème de l’impôt sur le revenu. En effet, cet impôt s’adapte selon le degré des revenus des foyers, contrairement aux autres impôts, qui s’appliquent à tout le monde et dont le taux reste quasiment le même.

De plus, en France, cela reste encore bas quand l’on compare avec nos voisins dont les impositions sont par exemple de 45 % pour l’Allemagne et de 50% pour la Belgique.