Le Monde de l'Eco

L'actualité économique en France et dans le monde

Quels sont les projets d’Emmanuel Macron et Angela Merkel pour l’Europe ?

La première rencontre entre les deux chefs d’Etat a eu lieu lundi à Berlin afin de consolider le projet européen. Les deux piliers de l’Europe ont commencé à exposer leurs objectifs à court terme.

Au cours de sa première visite à Berlin, Emmanuel Macron a décidé de commencer par des sujets de coopération concrète, avec des objectifs assez modestes sur du court terme avant de commencer à parler de réformes plus importantes pour la zone euro. Le nouveau président Français qui a rencontré la chancelière ce lundi a souligné l’intérêt qu’il porte à une coopération franche entre ces deux pays pour la réussite toute entière de l’Europe.

3 objectifs à court terme

Jusqu’aux législatives allemandes, le 24 septembre, les deux chefs d’Etat souhaitent effectuer des opérations concrètes sur le court terme. Ils ont parlé de trois projets : une réforme de la directive des travailleurs détachés, l’instauration d’une « réciprocité commerciale » et la construction d’un droit d’asile européen commun. Des changements qui auront un impact certain sur le quotidien des citoyens, d’après le chef d’Etat français.

La réforme de la directive des travailleurs détachés

Cette réforme est déjà en cours d’exécution mais les pays de l’est ne sont pas d’accord. Peut-être que la France et l’Allemagne réussiront à donner confiance aux autres pays dans cette directive de « lutter contre les fraudes et la règle du « à travail égal, rémunération égale ».

Réciprocité commerciale

Pour la réciprocité commerciale et l’instauration des marchés publics, la proposition est d’appliquer des restrictions aux entreprises dont le pays n’ouvre pas ses marchés publics, mais certains Etats membres étaient encore réticents à cette décision.

Droit d’asile commun

Enfin, en ce qui concerne le droit d’asile commun, le « règlement Dublin » très critiqué depuis sa mise en application en 2003 empêche le demandeur d’asile à faire sa demande dans plusieurs Etats. L’objectif est donc d’aller vers des applications communes des lois concernant « la durée d’attente avant une réponse, etc., pour mieux gérer et répartir les flux ».