Le Monde de l'Eco

L'actualité économique en France et dans le monde

Retour de Total en Iran, avec un contrat dépassant les 4 milliards d’euros

Dans le secteur pétrolier, Total est le premier à revenir en Iran. C’est alors en ce lundi 3 juillet, que le groupe pétrolier français, va signer un contrat dépassant les 4 milliards d’euros (4,2) à Téhéran. Le but de ce contrat étant de développer une importante zone gazière.

Aussi, dimanche dernier, un porte-parole iranien a annoncé : « L’accord international pour le développement de la phase 11 de Pars-Sud sera signé lundi en présence du ministre du Pétrole et des directeurs de Total, de la compagnie chinoise CNPCI et de la société iranienne Petropars ».

Troisième entreprise française pour ce retour en Iran

En effet, depuis que les sanctions ont été levées, Total est le troisième grand groupe à revenir en Iran, juste après PSA et Renault.
Concernant les parts de marché pour exploiter cette zone, Total détiendrait 50,1%, ce qui représente légèrement plus que la moitié. Ensuite, c’est au tour de la Chine, avec 30% et enfin, 19,9% pour l’entreprise iranienne Petropars.

Patrick Pouyanné, le directeur général de Total, sera présent en personne lors de la signature de ce contrat, qui a lieu aujourd’hui et pour une durée de 20 ans.

Une inévitable opposition des Américains

Le PDG du groupe Total, Patrick Pouyanné, avait déjà affirmé en février dernier, que le groupe attendrait avant la signature du contrat, pour connaître la position de l’actuel président américain, Donald Trump.
En effet, ce dernier accuse et dénonce, et ce, de manière récurrente, le principal accord nucléaire entre les grandes puissances et l’Iran.

C’est notamment cet accord, qui a été conclu il y a deux ans en juillet et qui réunit des grandes puissances comme les Etats-Unis, la Chine, la France, la Russie, etc, qui a offert la possibilité de lever les sanctions internationales contre Téhéran.
C’est alors, en grande partie à cause des Etats-Unis, que les relations entre l’Iran et le reste du monde ont été difficiles.

Des opportunités pour Téhéran

La capitale de l’Iran, qui a un grand besoin d’investissements venant du monde entier, se voit l’opportunité avec l’arrivée de Total, de voir d’autres grandes compagnies venir signer, eux aussi, un contrat avec ce dernier.
De plus, l’accord sur le nucléaire, offre aussi à l’Iran l’opportunité de recommencer à exporter le pétrole dans le monde.

À savoir aussi, que l’Iran, possède l’une des plus grandes réserves de pétrole au monde.