Les aides financières pour les étudiants en France : un guide exhaustif pour booster vos études

Vous êtes étudiant ou futur étudiant en France et vous vous demandez comment financer vos études ?

Ne cherchez plus, nous avons rassemblé ici toutes les informations dont vous avez besoin pour bénéficier des meilleures aides financières disponibles.

Des bourses sur critères sociaux aux prêts étudiants en passant par les aides au logement ou la rémunération des stages, vous saurez tout sur les dispositifs qui peuvent vous épauler dans la réalisation de vos projets académiques et professionnels.

I. Les bourses sur critères sociaux

Les bourses sur critères sociaux sont des aides financières accordées par l’État aux étudiants qui en font la demande et dont les ressources familiales sont jugées insuffisantes. Pour en bénéficier, plusieurs conditions doivent être réunies.

  1. Conditions d’éligibilité : être âgé de moins de 28 ans, être inscrit dans un établissement relevant du ministère de l’Enseignement supérieur ou de la Recherche, suivre une formation habilitée à recevoir des boursiers, et ne pas dépasser un certain plafond de ressources.
  2. Montant et durée : le montant de la bourse dépend de l’échelon attribué, qui est fonction des ressources et des charges de la famille. Il existe 8 échelons, allant de 0 bis (1 032 € par an) à 7 (5 679 € par an). La durée de versement de la bourse est généralement de 10 mois, mais peut être prolongée en cas de redoublement ou de prolongation d’études pour raisons médicales ou familiales.
  3. Comment en faire la demande : la demande de bourse sur critères sociaux doit être effectuée via le Dossier social étudiant (DSE) en ligne sur le site du CROUS (Centre régional des œuvres universitaires et scolaires) de votre académie. Il est important de respecter les délais, généralement fixés entre janvier et mai pour la rentrée suivante.

II. Les aides au logement

Trouver un logement étudiant à un prix abordable peut s’avérer compliqué, surtout dans les grandes villes. Heureusement, des aides au logement existent pour vous aider à alléger cette charge.

  1. Aide personnalisée au logement (APL) : versée par la Caisse d’allocations familiales (CAF), l’APL est destinée aux étudiants locataires d’un logement conventionné, qu’il s’agisse d’une résidence universitaire, d’un logement social ou d’un logement privé. Le montant de l’aide varie en fonction de la situation personnelle et familiale, des ressources et du loyer.
  2. Allocation de logement social (ALS) : si vous ne pouvez pas bénéficier de l’APL, vous pouvez éventuellement prétendre à l’ALS, versée par la CAF. Elle concerne les étudiants qui louent un logement non conventionné. Le montant de l’aide dépend des mêmes critères que pour l’APL.
  3. Logement en résidence universitaire : les CROUS proposent des logements en résidence universitaire à des tarifs avantageux. La demande se fait via le DSE, en même temps que la demande de bourse. Les places étant limitées, les logements sont attribués en priorité aux étudiants boursiers sur critères sociaux.
  4. Autres dispositifs d’aide au logement : plusieurs organismes proposent des aides ponctuelles ou des garanties pour faciliter l’accès au logement, comme la garantie Visale d’Action Logement, la caution locative étudiante (CLE) ou les aides au logement proposées par certaines mutuelles étudiantes. Renseignez-vous auprès de ces organismes pour connaître les conditions d’éligibilité et les modalités de demande.
A Lire :  Faut-il se lancer dans l'achat d'une veste de costume avec coudière?

III. Les prêts étudiants

Si les aides précédentes ne suffisent pas à couvrir vos frais de scolarité et de vie étudiante, vous pouvez envisager de souscrire un prêt étudiant. Il s’agit d’un crédit à la consommation spécifiquement destiné aux étudiants, avec des conditions avantageuses.

  1. Prêt étudiant classique : proposé par la plupart des banques, le prêt étudiant classique permet d’emprunter une somme d’argent remboursable après la fin des études, avec un taux d’intérêt généralement plus faible que pour un crédit à la consommation classique. La durée de remboursement varie généralement de 2 à 10 ans.
  2. Prêt étudiant garanti par l’État : ce dispositif, mis en place par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, permet aux étudiants sans garant de bénéficier d’un prêt étudiant garanti par l’État, sans condition de ressources. Le montant maximal du prêt est de 15 000 €, remboursable sur une durée de 2 à 10 ans après la fin des études.
  3. Prêt étudiant à taux zéro : certaines banques proposent des prêts étudiants sans intérêt, généralement réservés aux étudiants inscrits dans des filières spécifiques (médecine, écoles d’ingénieurs, etc.) ou ayant des revenus modestes. La durée de remboursement est similaire à celle des prêts étudiants classiques.

IV. Les rémunérations de stage et d’alternance

Effectuer un stage ou suivre une formation en alternance peut être une bonne manière de financer ses études tout en acquérant une expérience professionnelle précieuse. Les stages et les contrats d’alternance sont en effet rémunérés, et parfois même accompagnés d’avantages supplémentaires.

  1. Rémunération des stages : en France, la rémunération minimale pour un stage d’une durée supérieure à 2 mois est fixée à 3,90 € de l’heure, soit environ 600 € par mois pour un stage à temps plein. Cette gratification est exonérée de cotisations sociales et d’impôt sur le revenu dans la limite du montant minimal. Les conventions de stage peuvent prévoir une rémunération supérieure, en fonction de la politique de l’entreprise d’accueil.
  2. Rémunération des contrats d’apprentissage : l’apprentissage est un dispositif de formation en alternance qui permet aux étudiants de travailler en entreprise tout en suivant des cours dans un centre de formation d’apprentis (CFA). Le salaire de l’apprenti est fixé en pourcentage du SMIC et varie en fonction de l’âge et de l’année de formation, allant de 27 % à 100 % du SMIC.
  3. Rémunération des contrats de professionnalisation : le contrat de professionnalisation est un autre dispositif d’alternance, qui s’adresse principalement aux étudiants en formation continue ou en reconversion professionnelle. La rémunération minimale est fixée en pourcentage du SMIC ou du salaire minimum conventionnel, selon l’âge et le niveau de formation, et varie entre 55 % et 100 % du SMIC.
  4. Avantages supplémentaires : en plus de la rémunération, les stagiaires et les alternants peuvent bénéficier d’avantages tels que la prise en charge des frais de transport, l’accès à la cantine de l’entreprise ou la mise à disposition d’un logement. Ces avantages varient en fonction de l’entreprise d’accueil et du secteur d’activité.
A Lire :  Bien choisir sa housse de couette lorsque l'on a des allergies

V. Les aides spécifiques et les bourses sur critères universitaires

Outre les aides financières présentées précédemment, il existe des aides spécifiques pour certaines catégories d’étudiants ou des bourses sur critères universitaires.

  1. Aides pour les étudiants en situation de handicap : les étudiants en situation de handicap peuvent bénéficier d’aides spécifiques, telles que l’allocation aux adultes handicapés (AAH) ou l’aide au mérite. Renseignez-vous auprès de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) ou du service d’accompagnement des étudiants en situation de handicap de votre établissement.
  2. Bourses sur critères universitaires : certaines universités et écoles proposent des bourses sur critères universitaires, attribuées en fonction des résultats scolaires, de l’engagement citoyen, de l’implication dans la vie de l’établissement ou d’autres critères spécifiques. Renseignez-vous auprès de votre établissement pour connaître les conditions d’attribution et les modalités de demande.
  3. Bourses pour les étudiants internationaux : les étudiants internationaux peuvent bénéficier de bourses spécifiques, attribuées par le gouvernement français, les gouvernements de leurs pays d’origine, les organismes internationaux ou les établissements d’accueil. Les conditions d’éligibilité et les montants varient en fonction des dispositifs.
  4. Aides pour les étudiants en mobilité : si vous envisagez de partir étudier à l’étranger dans le cadre d’un programme d’échange (Erasmus+, par exemple), vous pouvez bénéficier de bourses de mobilité, attribuées par l’Union européenne, le gouvernement français, les collectivités territoriales ou votre établissement d’origine. Les montants et les critères d’attribution varient en fonction des dispositifs.

Les aides financières pour les étudiants en France sont nombreuses et variées. Que vous soyez étudiant français ou international, issu d’un milieu modeste ou non, il est important de vous renseigner sur les dispositifs auxquels vous pouvez prétendre et d’anticiper les démarches pour en bénéficier. N’hésitez pas à solliciter les services sociaux et les services d’information et d’orientation de votre établissement, qui pourront vous accompagner dans vos recherches et vous aider à constituer votre dossier. Avec un peu de persévérance et d’organisation, vous pourrez ainsi financer vos études et vous consacrer pleinement à la réalisation de vos projets académiques et professionnels. Bonne chance !

4.5/5 - (5 votes)